Gagner en souplesse grâce au yoga : ma méthode

Mis à jour : févr. 24



Très récemment j'ai demandé à mes abonnés sur mon compte Instagram, quels sujets les intéresseraient sur le blog. Évidemment, comme chaque fois que je parle de Yoga, la question de la souplesse est revenue dans les commentaires. Même si j'avoue que c'est une des thématiques qui a le plus tendance à m'agacer, je me rends bien compte que ça reste l'attrait principal pour les nouveaux pratiquants.

Autant vous dire que je ne vous parlerai pas de souplesse dans le seul but de vous aider à faire telle ou telle posture : tout simplement parce que selon moi, si vous faites du yoga, ça n'est pas POUR ÇA.


Avant d'aller plus loin, je voulais te dire que j'avais enregistré un épisode à ce sujet sur le podcast, qui complète cet article. N'hésites pas à l'écouter, si tu préfères ce support à la lecture :

Ce qui me rend si difficile de vous parler de souplesse.

J'ai beaucoup de mal avec cette thématique, parce que l'on ne voit que ça de la pratique à cause des réseaux sociaux notamment. La souplesse, dans l'esprit de certains, semble représenter un niveau de compétences. Ainsi, ceux qui ne se trouve pas assez souple rechignent à faire du yoga car ils ont peur d'être ridicule, et ceux qui le sont particulièrement pourraient avoir tendance à n'afficher que ça de leur heure de pratique. Dans le regard des novices, la souplesse est symbole de légitimité, de réussite, de grâce.

Sauf que non, la souplesse n'est pas le BUT du yoga. Je comprends bien que ça soit une des raisons qui vous amène, la première fois voire les premiers mois sur le tapis. Mais plus vous apprendrez ce qu'est réellement le yoga, plus vous verrez la souplesse et les postures finales comme un plan secondaire dans votre parcours. La grâce peut se trouver dans n'importe quelle étape d'une posture. Si ce n'est pas une grâce plastique, c'est un état de grâce et de présence.


Soyons clair, je ne suis moi-même pas quelqu'un de très souple, même pour une prof. Ma souplesse, je l'ai acquise grâce à des heures et des heures de pratiques. Avant, je croyais qu'être une professeure digne de ce nom, c'était savoir faire tous les asanas. J'ai fini par comprendre que mon rôle n'était pas d'enseigner ce qui se trouvait être la pointe de l'iceberg, mais bien les fondations d'une pratique riche, qui donneront peut-etre un jour, les résultats attendus sur ce point.

Et ce que j'ai appris, du jour où je l'ai réalisé, va surement vous surprendre.


Un petit point sur les fascias

On commence à entendre de plus en plus souvent parler des fascias et de leur implication dans notre souplesse, mais de quoi s'agit-il ? Les fascias sont comme un grand voile de plusieurs épaisseurs, qui vient supporter le corps. Un peu comme la membrane fine blanche sur une orange, les fascias entourent les muscles, les os, et les fibres nerveuses. Il forme notre corps et s'adapte en permanence à nos mouvements mais aussi à notre état émotionnel et physique. On étudie de très près cette membrane depuis plusieurs années car on pense qu'il y est logé nos émotions non-traitées depuis l'enfance. Un peu comme les nerfs, les fascias sont de véritables messagers à travers tout le corps.


Une illustration peut convaincante mais rigolote des fascias!

Un fascia en bonne santé est gorgé d'eau (environ 70%), de collagène, et reste parfaitement élastique. Nos mouvements sont facilités. S'ils manquent d'hydratation, où qu'ils ne sont pas suffisamment sollicités (que vous ne bougez pas en somme), alors vous ressentirez davantage les frottements entre vos muscles et des raideurs pourront apparaitre.


Pour les entretenir, il est conseillé de s'intéresser à plusieurs formes de yoga ou plusieurs activités différentes. Les postures tenues longtemps en décontraction musculaire comme le propose le Yin Yoga sont parfaites pour leur rendre leur élasticité. C'est d'ailleurs avec cette pratique que j'ai découvert leur existence.

Mais on conseille également des formes plus dynamiques, qui vont vous aider à explorer le mouvement dans toutes les directions.


Ce que je trouve fascinant avec les fascias, c'est vraiment leur capacité d'être un réseau étendu de messages et de messagers dans le corps. Nous invitant à plus d'écoute, à plus de respiration en conscience et à nous connecter à ce corps si intelligent, qui a tant à nous dire. C'est en ce sens, que le travail de la souplesse en général est intéressant.


→ Cet article peut t'intéresser : 4 conseils à connaitre absolument pour pratiquer plus régulièrement le yoga chez soi

→ Cet article peut t'intéresser également : Pourquoi la loi de l'attraction ne fonctionne pas avec vous ?

Ce que j'ai appris sur la souplesse à force de pratique

Je me suis retrouvée tant de fois en lutte contre moi-même sur mon tapis. Et ça m'arrive encore aujourd'hui. Chaque fois que j'en arrive là, je sais que j'ai fait une heure de gymnastique et non du yoga : tous les bénéfices de ma pratique, et une éventuelle souplesse sont à mettre aux oubliettes. Pourquoi ?


Tout simplement parce que le secret de la souplesse réside là : lâcher-prise.

Alors oui, on vous rabache les oreilles de ce fameux lâcher-prise, qui nous demande de vivre les choses avec plus de recul et en confiance avec la vie. Sachez qu'il s'applique également au tapis, d'une manière parfois peu évidente à mettre en place, mais que vous devez je crois, chercher dans votre pratique, car c'est là une clef du yoga en général.


L'auteur de cet article, vue de dos.

Souvenez-vous de ces fois où votre professeur vous a demandé de vous placer dans une posture que vous détestez car votre corps n'est pas encore suffisamment souple pour vous la rendre confortable. La première chose à faire, est d'utiliser dans ce cas, des accessoires pour vous aider autant que possible (un coussin pour caler votre genou, une brique sous chaque main...) à éviter l'état de douleur.

Dès que votre corps ressent une certaine intensité et non plus une douleur, vous êtes prêt à travailler le lâcher prise sur plusieurs points. Vous pouvez commencez à expérimenter de relâcher les tensions dans votre corps grâce à votre respiration. Relâcher votre mâchoire par exemple, qui se trouve être quasi-constamment tendue. Plus celle-ci est crispée, plus elle peut être révélatrice de votre volonté à aller plus loin. Non pas d'une volonté douce, mais plutôt combative : c'est ce que j'appelle l'état de lutte contre soi-même et son corps dans une posture.


Voici (enfin), comment je trouve le moyen de travailler ma souplesse dans ces cas-là.

1. Dès que je ressens cette lutte intérieure et que mon égo VEUT aller plus loin, alors je fais le point sur mes pensées. Sont-elles pleines de colère ? La plupart du temps, je vis des émotions "lourdes" (colère, envie, tristesse, dégout). Lorsque j'ai identifié mes pensées et mes émotions, j'accepte cet état en moi. "Ok, je suis en colère". Naturellement, son intensité descend et je peux passer à la deuxième étape.


2. J'accepte qu'aujourd'hui, mon corps est là où il doit en être. Et j'accepte, que ce soit la meilleure chose pour lui et pour moi dès à présent. Je donne à mon corps toute la reconnaissance possible, car c'est lui qui ressent ces étirements intenses de mes muscles et de mes tendons. Cette acceptation allège alors la plupart du temps définitivement l'émotion qui était là, contre cette posture. Je n'ai plus de raison d'être en lutte, car ici est ce qui est juste pour moi, et je fais entièrement confiance à l'intelligence de mon corps pour reconnaitre cette justesse.


3. J'envoie ma respiration comme des milliers d'éclaireurs dans les cellules de mon corps et dans mes muscles. Je guide l'inspire pour qu'elle éclaire ce qui a besoin d'être reconnu (une émotion, une tension, une pensée) et je laisse l'expiration faire le travail de nettoyage et de détente qu'elle sait si bien faire. Alors, mon mental et mon corps sont en unis par le souffle et la confiance dans ce qui est aujourd'hui.


4. Je reste autant de respiration que je le ressens juste dans la posture, afin de découvrir ce qui se joue en moi, maintenant que j'ai dénoué mon mental. Souvent, mon corps commence à lâcher ses résistances et je ressens mes muscles s'étendre doucement. Je ne pratique aucun à-coups, qui viendraient au contraire brusquer mon corps et je travaille au contraire en lenteur, allant plus loin si je ressens que je suis prête pour. Vous ressentirez que ça "lâche", de manière très distincte.


J'expérimente donc tour à tour, la Reconnaissance, l'Acceptation, la Confiance et la Respiration, ce qui me semble être tous les ingrédients du lâcher-prise.

Comprenez bien, que le corps et l'esprit fonctionne comme deux mondes interconnectés. Ils s'envoient des informations en permanence.

Le corps, remonte à l'esprit des informations : des muscles pas assez échauffés, des sensations trop intenses, des souvenirs qui remontent aussi, des émotions logées dans votre corps, des traumatismes même, pour certains.

Mais l'esprit lui, peut agir comme un véritable commandant pour le corps. Alors, si vos pensées ressemblent à : "je ne vais jamais y arriver, mes muscles vont péter, au secours, quelle ******* cette prof! ;)" alors vos muscles vont répondre à l'appel de l'esprit et vont naturellement se contracter, se rétracter pour se protéger.


Le but du yoga, est donc de reconnaitre ces deux intelligences et de les voir fonctionner ensemble. De les observer s'échanger des informations et se répondre. C'est honorer ces instants de grâce où les deux s'unissent dans l'instant présent : quand vous ne cherchez plus à faire, et que vous Etes, simplement. C'est seulement dans ces espaces, que la souplesse, pourra s'offrir à vous. Et le plus drôle, c'est que vous ne la verrez plus comme un cadeau, mais comme un bénéfice secondaire de votre pratique.




J'espère que cet article t'aura plus et apporter une dimension plus profonde à cette pratique du yoga et à la souplesse en général.

Si c'est le cas, n'hésites pas à partager cet article sur Pinterest. Mais également à commenter, à liker ce post ou encore le partager autour de toi. Ce serait un superbe coup de pouce pour moi et je t'en serais très reconnaissante !


A très vite pour de nouveaux articles,


Namasté,


Laura



Reçois un épisode inédit

Assister à mes cours

Les Mardis, Mercredis et Jeudis

au Centre Yoga et Sens à Créteil (94)

Les Vendredis

au Studio Mk Dance, à Pontault-Combault (77)

Tous mes réseaux sociaux

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Spotify - Black Circle
  • iTunes - Noir CERCLE
  • Pinterest - Black Circle

Contact / Conditions générales d'Utilisation et de Vente / Site hébergé par Wix / Site créé par Laura Cardoso